Comment les robots passifs se comparent au TCO

Comment les robots passifs se comparent au TCO

Le Total Cost of Ownership, ou TCO, est une méthode permettant de déterminer le coût global d’un article. Il est calculé sur toute la durée de vie de ce dernier. Le TCO combine les coûts directs et indirects, depuis le moment où le produit est acquis jusqu’au moment où son utilité est épuisée. La réduction du coût total de possession est une stratégie très répandue, en particulier parmi les grandes entreprises. L’objectif est de créer un maximum de valeur ajoutée. Le coût total de possession peut également servir de guide pour éviter le gaspillage, au sens Lean du terme.

Les bots simples coûtent moins cher que les bots traditionnels

L’industrie peut vraiment tirer profit de la simplicité de ces robots plutôt que de grandes machines inefficaces. De tels robots plus efficaces sont plus aptes à contribuer à une société durable. Par exemple, les grands robots industriels coûtent environ 250 000 euros, avec un supplément de 10 000 euros par an pour la maintenance (source : ABB Group). Les Karakuri Kaizen® sont, en revanche, 100 fois moins chers.

Ces Karakuri Kaizen® se présentent sous la forme de robots fiables, opérationnels et faciles à entretenir. Ce sont des robots Lean qui utilisent le moins de matériaux possible et qui empruntent l’énergie ailleurs. Ainsi, le développement des Karakuri permet de maintenir les investissements à un faible niveau. Ce concept est frugal et permet d’économiser de l’énergie. L’objectif est d’éviter les installations coûteuses et le gaspillage. Cela fait partie du low-cost automation, ou LCA.

Utiliser des robots sans énergie

Traditionnellement, les usines industrielles sont en tête de liste quand on pense aux entreprises gourmandes en énergie. Par exemple, chez Vicat qui est une entreprise de fabrication de ciment, leur consommation d’énergie représente environ 15% de leur coût total de production. Les nouveaux procédés de production améliorés introduits dans leur région leur permettront de réduire leur consommation d’énergie, et donc leur facture énergétique et leurs émissions de CO2, ce qui améliorera leur rentabilité.

Implanter des Karakuri Kaizen® sur une chaîne de production permet de réduire les émissions de CO2 et de préserver l’énergie. En effet, ils n’ont pas besoin d’énergie supplémentaire pour fonctionner et créer du mouvement. En utilisant uniquement des principes physiques naturels, les robots peuvent fonctionner de manière autonome. Il va de soi que les factures d’électricité sont désormais nulles. Cela donne plus de liberté aux choix écologiques.

Un autre exemple de constructeurs automobiles optant pour des installations simples et écologiques est celui de Toyota Motor, avec son « Défi environnemental 2050« . Pour eux, les Karakuri® sont un moyen de réduire à zéro le CO2 d’une usine.

L’après-vie des équipements modulaires

Saviez-vous que les Karakuri Kaizen® sont conçus de telle sorte qu’ils sont presque entièrement réutilisables ? Les Karakuri sont recyclables à 99% ! Les pièces utilisées pour un équipement peuvent très facilement être utilisées pour un autre. Par conséquent, il n’y a pas de déchets dans les matériaux après qu’un Karakuri ait servi à son utilisation. Il peut trouver une nouvelle vie en tant que quelque chose de différent.

Cela est dû au caractère modulaire de nos composants, considérez-les comme des briques de construction si vous voulez. Vous pouvez abattre un mur et construire une maison ! Les composants Karakuri sont aussi flexibles que votre imagination. C’est comme faire ctrl+Z dans un environnement industriel réel.

Ainsi, lorsque vous appliquez le Total Cost of Ownership aux Karakuri Kaizen® et leur réutilisation illimitée après la fin de leur durée de vie, vous faites exploser tous les scores obtenus précédemment.