L’humain : Quelle machine créatrice !

Humain quelle machine créatrice ingéniosité usine automobile

L’humain : Quelle machine créatrice !

Ce qui différencie l’Homme de l’animal, selon J. J. Rousseau, c’est sa capacité à se défaire des règles et posséder la faculté de ne pas répondre uniquement à son instinct primaire. Et de posséder cette faculté de création unique. A l’heure où la robotisation semble tendre à remplacer l’Homme dans l’industrie, il serait préjudiciable de l’évincer totalement de cette activité.

Histoire de la machine et de l’Homme

Depuis que l’Homme existe, il n’a pas cessé d’inventer de multiples outils pour améliorer son existence. Il les adapte au fur et à mesure aux besoins, tout en étant capable de transmettre ce savoir aux générations suivantes. Cela permet ainsi d’avoir une évolution constante des technologies et des outils utilisés. 

Depuis l’apparition des machines, la méthode reste la même. Dans l’industrie aujourd’hui, la machine est indispensable. Cet outil est tellement évolué aujourd’hui, qu’il permet des gains sur beaucoup de points. Que ce soit sur la quantité de production (permettant un gain financier avec des économies d’échelle), ou encore sur le temps de production, il semblerait que la machine remplace progressivement l’Homme dans les usines.

Idée reçue !

Bien que les machines aient déjà remplacé beaucoup de tâches (pénibles) dans les systèmes de production, 75% du travail est toujours effectué par des Hommes. La simple et bonne raison est que l’Homme est doté d’un système de pensée, de raison et de créativité ingénieuse qui lui permet de s’adapter et d’améliorer son propre travail, contre une machine qui reproduirait une tâche fausse jusqu’à épuisement.

C’est pour cette raison que l’Homme doit rester au centre de l’activité. D’une part, pour continuer de faire évoluer les machines et les systèmes de production, mais aussi pour avoir une vision beaucoup plus raisonnée de l’activité, ce qui permet de soutenir les améliorations et les innovations constantes.

Comment concilier les deux ?

L’homme doit être pris en compte et mis au centre du système de production. L’opérateur sur le terrain qui utilise les machines est le seul à pouvoir étudier et contrôler la qualité de production ces dernières. De plus, le travailleur peut lui-même corriger ses erreurs, telle la manière Lean de travailler, alors qu’une machine nécessite une intervention extérieure parfois complexe.

Il est donc nécessaire de protéger l’Homme dans les industries de demain et d’inclure son travail dans le système de développement des machines et des techniques de production, par le biais d’outils tels que Numii®. La raison est simple ; la machine qui doit s’adapter à l’Homme, et non l’inverse. Cela fait penser aux premiers outils à l’origine de cette évolution.

Pourquoi protéger le travail humain ?

Si nous parlons d’un aspect plus financier, le capital des machines se détériore dans le temps et selon leur utilisation. Une machine perd de sa valeur, contrairement à l’Homme, qui en gagne à travers la formation continue et l’effet d’expérience. 

En effet, l’Homme est le capital le plus précieux d’une entreprise. Le capital humain ne se détériore pas mais au contraire, il s’apprécie au cours du temps, par la correction des erreurs et par l’apprentissage autonome. Ainsi délaisser l’humain, c’est délaisser une part non-négligeable de l’usine.